Chinese (Simplified)EnglishFrenchGermanHindiItalianJapanesePortugueseRussianSpanish

`` Nous sommes prêts pour une nouvelle ère du tourisme brésilien '', déclare Marx Beltrão

 30/12/2016 | Posté par: Ramon Andrade
Ministre du Tourisme Marx Beltrão - Photo: Jornal Maceió
Ministre du Tourisme Marx Beltrão - Photo: Jornal Maceió

«L'année 2017 sera également importante pour nous pour avancer dans les politiques de structuration des destinations et de qualification de la main-d'œuvre. Il existe de nombreux projets qui porteront le tourisme à un autre niveau dans la stratégie de développement du pays ». Beltrão.

L'année 2016 a été particulièrement importante pour le tourisme au Brésil avec la tenue des Jeux Olympiques, le plus grand événement sportif de la planète. Afin de mettre en place un méga-événement comme celui-ci, qui a attiré l'attention de plus de 3,5 milliards de téléspectateurs du monde entier, le Brésil a investi dans l'amélioration des infrastructures, la qualification de la main-d'œuvre et la promotion de ses destinations. Et le ministère du Tourisme a joué un rôle clé dans ce processus. Dans un entretien avec l'Agence de presse touristique (ANT), le ministre du Tourisme, Marx Beltrão, a évoqué l'héritage des grands événements et les défis de Pasta en 2017.

ANT: Quelle est votre évaluation de 2016 pour le Brésil? Quelle image reste-t-il dans une année où le pays a fait face à des troubles politiques et a organisé les Jeux Olympiques?

MB: Ce fut vraiment une année très intense, mais je crois que nous avons atteint la fin avec un bilan positif. Nous avons pu affronter les problèmes sans les jeter sous le tapis. Le Brésil est un pays magnifique, avec des paysages magnifiques et un peuple très accueillant. Je suis sûr que nous avons progressé et continuerons de nous efforcer de transformer le Brésil en l'un des meilleurs pays au monde à vivre et à visiter.

ANT: Si vous deviez faire le bilan de l'année du ministère du Tourisme, quels en seraient les temps forts?

MB: Sans aucun doute, les Jeux Olympiques et Paralympiques ont été le point culminant de l'année. La méga exposition a commencé des mois auparavant, avec le relais de la flamme olympique au Brésil. La flamme a visité plus de 300 villes brésiliennes. C'était l'occasion de nationaliser les gains d'image et de promouvoir des destinations, en plus de Rio de Janeiro. Lors de la Tour de la Torche, nous avons organisé un appel public pour définir les cinq itinéraires qui ont bénéficié de presstrips, un pour chaque région du pays.

Nous emmenons les journalistes et les blogueurs découvrir des itinéraires spéciaux, avec des expériences uniques. En plus des presstrips, notre équipe de communication a visité 23 destinations qui ont reçu la flamme olympique et produit du contenu multimédia pour promouvoir les destinations. À Rio de Janeiro, siège des Jeux, le ministère a qualifié la main-d'œuvre locale, les kiosques, les marchands, les hôtes des auberges et les auberges. Nous avons investi dans l'amélioration de l'accueil touristique et le résultat ne pouvait être différent: plus de 95% des touristes ont loué notre hospitalité.

Je ne peux manquer de mentionner, pourtant, la promotion du pays au sein de Casa Brasil, un processus mené par le MTur et le Ministère de la Culture avec le Secrétariat de Communication de la Présidence de la République, la mise à jour de la Carte du Tourisme Brésilien, le lancement de brochures visant la fourniture de services à des publics spécifiques - les personnes âgées, les personnes handicapées et les touristes LGBT -, les investissements dans les infrastructures touristiques et, plus récemment, la reprise majeure des travaux de PAC do Turismo.

ANT: Le Brésil a-t-il réussi à profiter des Jeux pour se promouvoir à l'international?

MB: La réalisation des Jeux à elle seule est déjà une grande action promotionnelle. Pendant les 90 jours du relais de la flamme à travers le pays et les jours où Rio de Janeiro a accueilli les Jeux Olympiques et Paralympiques, l'exposition spontanée du pays des destinations, des attractions naturelles, a été très positive. Nous montrons au monde que nous avons une variété d'options en plus du soleil et de la mer. Nous avons des destinations nature, culturelles, religieuses. Désormais, l'enjeu est de transformer le gain d'image en création d'emplois, le désir des touristes internationaux de revenir à la réalité, en plus de familiariser les Brésiliens avec les destinations nationales.

ANT: Qu'attendre du tourisme en 2017? Y a-t-il de la place pour grandir?

MB: Nous avons encore beaucoup d'espace pour grandir. Le Brésil est le premier au monde en ressources naturelles et le huitième en ressources culturelles par le Forum économique mondial. Mais pour attirer plus de visiteurs, nous devons aller de l'avant dans les goulots d'étranglement historiques du secteur. J'ai rencontré le président Michel Temer et parlé d'un ensemble de mesures pour débloquer le secteur, attirer plus de touristes et, par conséquent, générer plus d'emplois et de revenus pour le pays. Il a donné carte blanche pour jouer le processus, qui a des lignes directrices importantes même en partenariat avec d'autres ministères. Nous ferons les conversations qui devraient être faites pour affiner les projets et les lancer dès que possible. Je crois qu'avec le paquet, nous entrerons dans une nouvelle phase du tourisme national.

ANT: Le budget de MTur diminue d'année en année. Comment avancer avec si peu de recours?

MB: C'est un problème que nous parvenons déjà à résoudre. Nous avons commencé 2016 avec le troisième pire budget de l'Esplanade, mais depuis mon arrivée en octobre, nous avons réussi à obtenir des crédits et des ressources débloqués pour PAC, travaux et promotion. Le budget initial autorisé pour le MTur était de 235,9 millions de reais et nous terminerons l'année avec un engagement de 671,4 millions de reais.

Pour le budget 2017, nous avons également respecté l'engagement du gouvernement d'augmenter les ressources afin de pouvoir investir davantage. Le tourisme est l'une des activités les plus rentables, même avec des investissements minimes. Je crois que si nous parvenons à adopter les mesures que nous travaillons avec le soutien de la Casa Civil, ce problème de ressources sera résolu.

ANT: Le MTur a-t-il déjà défini les projets prioritaires pour 2017?

MB: L'année commence par de belles discussions avec les professionnels du tourisme. Nous travaillons à la révision de la loi générale sur le tourisme et j'espère approuver le texte au Congrès au premier semestre 2017. Un autre travail important qui commence en janvier est l'édition du nouveau plan national du tourisme. Nous voulons travailler sur un document plus adapté à la réalité, avec des objectifs concrets pouvant être atteints efficacement. Ces travaux seront construits en partenariat avec des représentants du secteur, ceux qui font effectivement fonctionner l'entreprise et génèrent le développement économique.

2017 sera également une année importante pour faire progresser les politiques de structuration des destinations et de qualification de la main-d'œuvre. De nombreux projets porteront le tourisme à un autre niveau dans la stratégie de développement du pays.

Source: Ant-Mintur

Par: Ramon Andrade
Salvador BA
TAGS:  ,  
VOIR TOUTES LES NOUVELLES
NOUVELLES
Publicité